Vous voulez des arguments contre MacDo dans les Corbières c'est ici

Publié le par Non au McDo à Lézignan !

Lors de la pétition et du dialogue avec la population nous avons pu réunir l'avis des gens sur la question ... :

 

mangeons-audois.jpg


- Les locaux aiment les Corbières pour sa qualité paysagère, gastronomique, environnementale (cf. illustrations ci-dessous). La qualité de son marché notamment qui détonnera complètement avec l'image affichée dès l'entrée de la ville lorsque le MacDo sera ouvert. La question de la gastronomie est bien sûr centrale. Les consommateurs de MacDo aujourd'hui, ne consommeront pas de produits du terroir demain car il n'auront pas eu d'éducation au goût. Pourtant dans l'Aude il est possible de manger "terroir", même le conseil général en fait la promotion. 

 

- Les touristes et les nouveaux habitants aiment les Corbières pour les mêmes raisons que les locaux finalement. Surtout ce qu'ils recherchent c'est quelque chose de différent de chez eux ; des MacDo il y en a partout ailleurs, par contre ce que l'on a dans les Corbières on ne le trouve que dans les Corbières. Les touristes recherchent un accueil et une gastronomie de qualité et viennet à Lézignan Corbières pour sortir de ce modelé mondial qu'est le lotissement dortoir, l'hégémonie de la voiture et la malbouffe.

 

 

 

3 photos

 

 

- Le problème n'est pas l'intégration d'une nouvelle culture (si on peut appeler cela comme ça... Einstein disait même que les Etats-Unis d'Amérique forment un pays qui est passé directement de la barbarie à la décadence, sans jamais avoir connu la civilisation ... contrairement aux autres pays de la Méditerranée qui nous amènent leur culture millénaire) ; le problème est l'uniformisation des modes de vie, des paysages, des habitudes, ...

 

- Au delà de la liberté de consommer ici, au détriment de la liberté de pouvoir vivre dignement ailleurs, la firme Mac Donald est un symbole ostentatoire de la surconsommation à l'occidentale qui dérange et que nous devons combattre.

 

- Parmi les personnes ayant signées la pétition, certaines vont manger au MacDo occasionnellement. Si MacDo n'existait pas elles ne le réclameraient pas. Elles iraient ailleurs. Car en économie c'est comme dans la nature. Dans la forêt par exemple lorsqu'un espèces floristique diaprait une autre vient prendre sa place, il n'y a jamais de vide. Si MacDo ferme ou n'ouvre pas de fast-food dans une ville un autre commerce de restauration prendra sa place. Et on peut penser que n'importe quel autre commerce, y compris de restauration rapide, sera plus bénéfique que MacDo pour la collectivité.

 

- Certains insistent sur les raisons patrimoniales : un MacDo c'est une zone industrielle, un échangeur autoroutier, des zones périurbaines, des zones mitées donc des paysages bafoués. Ils ne veulent pas sacrifier leur patrimoine pour 50 emplois.De plus il faut souligner le danger de ces zones péri-urbaine en terme de risques naturels, elles favorisent l'imperméabilisation des sols et empêche la pénétration des eaux dans les nappes souterraines. Les conséquences : des inondations dû au ruisselllement torretiel (on se souvient de novembre 1999, pas besoin de remuer le couteau dans la plaie) et un manque à gagner pour les nappes phréatiques et donc la ressources locale en eau.

 

- Concernant l'emploi justement... une cinquantaine d'emplois pour une ville de 9000 habitants environ. Les mate faim et point chaud risquent de fermer leurs portes alors que ce sont des commerces de proximité, qui font vivre le centre ville de plus en plus déserté en raison de la politique actuelle de développement des zones industrielles. De plus, chez MacDo, les emplois sont précaires et non durables (dans le sens global du terme). Ce n'est pas parce que l'on peut devenir chef d'équipe en quelques mois que c'est un boulot valorisant ou éthique. Quand on vous propose de vendre de la drogue parce que vous aller gagner de l'argent vous accpeter ? Quand on vous propose de prostituer des filles parce que ça fait des emplois vous accepter ? Non ! La c'est la même chose à une échelle différente.

 

- L'accès à ce MacDo se fera en voiture bien entendu, cela implique d'en audelignes.jpgposséder une puisque le centre ville se déplace en périphérie. Une fois de plus on grille du carburant au lieu de regrouper les habitations et les activités économiques. Pourtant c'est ce que prévoit la fameuse loi SRU de 2001 : construire la ville sur la ville pour éviter le mitage de l'espace et priorisé la réhabilitation urbaine, on est est très loin !

Et quelle logique avec la politique départementale vis à vis des transports en commun qui a comme slogan "la voiture c'est dépassé!" ?

 

- L'homogénéisation de l'offre pose problème aussi : 2 MacDo, 1 KFC, 1 Quick à Narbonne à moins de 25 km de là (15 min par l'autoroute) ; 1 Quick, 1 KFC à Carcassonne à moins de 30 km de là (25 min par l'autoroute). L'offre est largement suffisante pour que l'on soit pas obligé de venir gâcher la particularité des Corbières avec ce genre d'établissement.

 

- Même s'ils ne le disent pas toujours ouvertement, les commerçants du centre ville commencent à se poser de sérieuses questions sur la fuite d'une partie de leur clientèle à cause de cette périurbanisation de l'offre commerciale. En effet, cette zone commerciale et ce MacDonald, en plus de bafouer l'image de la ville, captera une partie de la clientèle qui avant devait faire quelques centaines de mètres pour rejoindre le centre ville et consommer dans les commerces et restaurants traditionnels. On se pose encore plus de questions sur la volonté de la municipalité quand on sait que les restaurateurs ont du se charger à leurs frais de la mise à jour et de l'impression du panneau qui localise les restaurants du centre-ville à cause de l'immobilisme de la municipalité. Pour le MacDo par contre il y a d'énormes panneaux à chaque entrée de la ville, et une inauguration sans précédents ... pourquoi ? Pourquoi ne pas laisser l'occasion aux commerces de proximité de jouer dans la même cour ? Pourquoi ne pas leur donner un coup de pouce ?

 

- La question de la compétence des élus locaux pour dire amen aussi rapidement à cette firme multinationale sans scrupule. L'ancien maire M. Tournier était contre le MacDo et conscient de la qualité patrimoniale de sa commune, il a une jour affirme "tant que je serai vivrant il n'y aura pas de MacDo à Lézignan". Dès sa disparition soudaine au moins de juillet 2009 les choses ont changé et seulement 2 ans plus tard l'équipe municipale a déjà mis le projet en place sans respecter la volonté de leur prédécesseur pourtant encore encensé aujourd'hui. Le métier d'un élu local est de trouver les solutions les plus durables pour sa collectivité et ne pas choisir la facilité. C'est pourtant ce que fait aujourd'hui la municipalité de Lézignan-Corbières. Vous et moi quand on fait mal notre travail on se fait renvoyer, les politiques eux non, c'est pourquoi ils se permettent se genre de fainéantise. Cela dit en passant ce ne sont certainement pas les élus qui iront manger au MacDo trop conscients des conséquences de ce genre de nourriture sur leur organisme à eux.

 

- Si l'on parle de la stratégie économique de la commune : créer un vrai pôle pour se différencier de Narbonne et Carcassonne, pourquoi alors créer la même offre de malbouffe que dans ces 2 villes ? Pourquoi rester sur un plan qui marchait il y a 15 ans ? On fait aujourd'hui à Lézignan ce qu'on faisait il y a plusieurs années à Narbonne, pourquoi ? Il y a pourtant à Lézignan un certain potentiel grâce aux artisants notamment. Pourquoi ne pas avancer dans cette direction : le développement de PME créatrices de beaucoup d'emplois demandant des compétences pointues et proposant des postes gratifiants ?

(le rapport de l'assemblée nationale sur le sujet : ici)

Pourquoi ne pas innover pour justement se différencier ? Peut-être parce qu'une fois de plus le politique prévoit à l'échelle de son mandat électoral (3-4-5 ans) et pas à long terme car c'est trop difficile pour lui d'expliquer sérieusement la justification de projets durables à moyen et long termes ! C'est pourtant son boulot ! Ce genre de solutions à court terme fait croire à la population que l'on trouve des solutions à la crise mais comme on l'a vu c'est faux et cela empêche la collectivité de réfléchir sur de vraies solutions efficaces et durables sur le long terme. Avec ce genre de solutions on s'enfonce donc dans un cercle vicieux de médiocrité. L'archaisme et le manque de progrès et d'inventivité vient plutôt de ceux qui soutiennent le MacDo que ceux qui le combattent et prônent un mode de vie plus simple car ces derniers se posent de vraies questions d'avenir.


- Le niveau de vie dans les Corbières est bas, c'est un pays qui se contente de peu cartes mais des se rabaisser au niveau de MacDo c'est trop demander. Il y a une vraie crise effectivement mais l'argument du MacDo pas cher ne tient pas debout pour la plupart des signataires. Pourquoi ? parce qu'on y mange mal, parce quand on calcule un cout c'est en faisant le bilan avantages/inconvénients qui faut réfléchir, parce que quand on sort du MacDo on a souvent encore faim (ou l'on vomi ça dépend des gens), parce que la nourriture saine n'est pas chère, parce qu'il faut accepter quand on est consommateur de payer un peu plus cher pour le fil qui nous maintien en vie puisque l'on veut bien dépenser énormément pour regarder la télévision ou téléphoner (les câbles électriques et les ondes ne sont pas comestibles pour l'Homme), parce qu'avec tout ça si en plus les commerçants acceptent de faire de la qualité sans s'en mettre trop dans les poches et que les politiques acceptent de donner un coup de pouce on arrive à des tarifs largement moins élevés que chez MacDo.

 

En gros le seul argument de la municipalité pour justifier l'installation du MacDo est celui de l'emploi et on vient de voir par a+b qu'il ne tient pas debout.

 

 

Si vous n'êtes pas encore convaincus vous pouvez aller voir les arguments plus généraux sur MacDo, la malbouffe et l'industrie agro-alimentaire ici.

 

De plus, nous ne sommes pas les euls à résister et à interpeller les élus, pour en savoir plus c'est ici.

 

  carte_mc_do.jpg

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

bartoch 10/12/2014 17:07

bonjour
je suis de tout coeur avec vous!
j habite dans la region rhone alpes , vers 38 st marcellin:
il y a 3 ou 4 ans un mac do s est ouvert a la peripherie de cette ville
de pres de 10000hab (agglo) , pendant 1an ces sordides ont monté une navette a midi en periode scolaire pour transporter les lyceens et collegiens qui se trouvent a l aurtre bout de la ville,
depuis l ouverture de cet abces on trouve de partout des emballages de mac do, et bien sur des panneaux d affichages pour indiquer ou se trouve le mac do, c est vrai que le paysage a changé
j ai honte de ma region qui est pourrie de zones commerciales

anta 16/11/2011 10:51


Je suis tout à fait d'accord si l'on considère la précarité ainsi. J'avais même fait un comparatif (très décrié d'ailleurs ) entre le RMI/le chômage assedic/ et le travail d'équipier (
http://lequipier.blogspot.com/2011/01/assedic-rmi-rsa-job-dequipier-le.html ). Au final, on se retrouve avec autant d'argent ou presque qu'on soit au chômage ou en travaillant chez Mcdo... Un
article qui pourrait vous aidez à trouver rapidement d'autres arguments contre le Mcdo : http://lequipier.blogspot.com/2008/11/tmoignages.html il n'est pas exhaustif, mais il peut aider. N’hésitez
pas à me contacter via mail ou autre, je suis à votre disposition !


Anta 14/11/2011 20:23


Je soutiens votre cause étant plus ou moins anti McDo voir mon blog ici http://lequipier.blogspot.com/ que vous devez d’ailleurs connaître au vu du commentaire que vous avez laissez), mais votre
argument lié à l’emploi me paraît extrêmement mal formulé, dangereux, et pourra être repris par les « pro-mcdo » aisément contre votre cause. L’amalgame avec les vendeurs de drogues et des
prostitués est extrêmement maladroits, voire insultants pour les équipiers. Quant au fait que l’emploi y est précaire, c’est faux : il n’y a que des CDI. Le problème du travail chez McDo, c’est la
souffrance, le stress, l’aspect secte dans sa manipulation quotidienne, le non-respect du droit du travail, etc… Le système de travail McDo est aussi fascinant qu’épouvantable, il faut lutter
contre, mais pas avec ces arguments. Vous trouverez sur mon blog de quoi nourrir vos arguments , sinon je vous conseille la lecture de paul ariés, sociologue « petit manuel anti McDo ». Je vous
souhaite bon courage dans votre combat !


Non au McDo à Lézignan ! 14/11/2011 20:50



Bonjour,


Merci pour votre commentaire. J'ai découvert votre blog aujourd'hui et voulais justement vous contacter.


Effectivement notre argument lié à l'emploi est mal formulé et maladroit car ceux des pro-McDo, dont la municipalité, le sont également. Les articles de notre blog sont diversifiés et documentés.
Par contre de temps en temps, pour choquer, pour attirer l'attention nous choisissons la provocation... Tous les arguments sont bien détaillés dans les articles et concernant la question du
travail nous citons votre blog car c'est une référence.


Par contre nous avons eu des témoignages d'équipiers polyvalents et nous maintenons qu'il s'agit d'emplois précaires, un CDI n'est pas forcément "non précaire" surtout s'il est mal payé et
chronophage, en effet en raison des horaires l'équipier a du mal à compléter son salaire avec un autre emploi, il ne dégage pas non plus le temps suffisant pour se former à un autre métier ; de
plus, il touche souvent juste un peu trop pour cumuler le RSA. Un témoignage nous a également expliqué que l'orsque l'on reste équipier polyvalent, on peut y rester plusieurs années, lorsque l'on
en sort on a rien de plus, on a juste survécu pendant quelques mois ou année. Une personne nous disait même que ces droits aux aides sociales s'étaient réduits lorsqu'elle s'est retrouvée au
chômage car elle avait "trop gagné" lors de son expérience en fast-food. Donc pour nous c'est tout cela la précarité. Même si c'est "la crise" et que les temps sont durs il ne faut pas rabaisser
nos exigences sociales. La pauvreté s'en va et laisse place à une misère grandissante, des trvailleurs pauvres et miséreux dépendant d'un petit boulot loin d'être passionnant.


Merci de vos conseils en tous cas. Je connais Paul Ariès mais un exemplaire de son livre dans ma poche ne peut pas me faire de mal en effet ... Merci !